Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.

L’actualité immobilière selon BienEstimer®

Vers une pénurie de biens immobiliers dans l'ancien

F3bb031a361d2f89f6b243622019ac96137a4329

L’année 2018 qui s’annonçait calme dans le secteur immobilier démarre sur les chapeaux de roue. Avec des taux immobiliers toujours bas et qui ont même tendance à baisser, les ventes dans l’ancien ont fortement augmenté au cours de ce premier semestre et les biens disponibles à la vente se font de plus en plus rares.

 

Des taux d’intérêt en baisse depuis Avril

Les taux des prêts immobiliers ont retrouvé, en Mai, leur niveau de février 2017. Les acquéreurs empruntaient, en moyenne en France, à 1,44% sur 20 ans en Mai 2018 et 1,25% sur 15 ans. Les emprunteurs s’endettent sur une période de 224 mois en moyenne (18,7 ans).

Ces taux d’intérêts devraient continuer à baisser au cours de l’année 2018 selon les banques prêteuses. Dans ce secteur bancaire concurrentiel, les banques utilisent les prêts immobiliers pour attirer de nouveaux clients, ce qui accentue cette baisse des taux d’intérêts.

 

Hausse des ventes immobilières et pénurie de biens

La hausse des prix de vente immobilière dans l’ancien s’établit à +1,2% sur le premier semestre. Au niveau national, la hausse s’élève à 0,7% contre 6,8% sur Paris.

Si le prix de vente moyen d’un bien immobilier (maison ou appartement) a augmenté de 0,5% sur un an pour se stabiliser aux alentours de 220.000€, la superficie moyenne a également augmenté de 3M2 et atteint désormais 86,8M2 ce qui fait un prix moyen au mètre carré de 2 534,50€.

Les délais de transaction immobilière ont également baissé depuis un an. Un bien immobilier se vend désormais en moyenne en 61 jours en 2018 contre 64 jours en 2017.

Face à ce constat, les vendeurs se font de plus en plus rares. Les mandats de vente ont chuté de 12,5% en un an dû au fait que les acquéreurs sont majoritairement des primo-accédants (42%) ou des investisseurs (16%) qui n’ont pas de biens à vendre en contrepartie.

 

Hausse des prix sur Paris et les grandes métropoles

La pénurie des maisons et appartements en vente engendre une hausse des prix quasi généralisée.

La plus forte hausse des prix de l’immobilier concerne Paris et la région Parisienne : le prix moyen au mètre carré se négocie aux alentours de 9040€ à Paris intra-muros contre 3 710€ pour la région Parisienne (2 506€ pour une maison et 4 562€ pour un appartement).

En province, les métropoles ne sont pas en reste.

En tête du classement, on retrouve Lyon avec une hausse moyenne de 3,4% du prix au mètre carré depuis le début de l’année. Le prix moyen au mètre carré d’un appartement est de 3 570€ à Lyon et 4 710€ pour une maison.

Rennes, de son côté, connait un début d’année florissant avec une hausse de 3,3% depuis janvier et 5,8% sur un an. Un appartement de 117M2 se vend actuellement 507 000€ sur Rennes soit un prix au mètre carré de 4 333€.

Bordeaux, qui était en perte de vitesse (-0.2% depuis janvier 2018), voit ses prix se stabiliser depuis Mai 2018. Le prix moyen de l’immobilier Bordelais se stabilise aux alentours de 3 722€, 3 886€ pour une maison et 3 650€ pour un appartement.

Retour aux actualités