Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.

L’actualité immobilière selon BienEstimer®

Estimez votre bien

Impôts locaux : baisse de la taxe d’habitation en 2018

3170210ea7a10dd0cccdd8fac39ec945611ec68f

Dès 2018, les premiers effets de la réforme de la taxe d’habitation seraient visibles pour les 80% de Français concernés par la baisse annoncée de cet impôt local. Ces ménages bénéficieraient ainsi d’une première tranche d’exonération à hauteur de 3 milliards d’euros, puis d’un dégrèvement total d’ici 2020.

 

3 milliards d’exonération de la taxe d’habitation dès 2018

Considérée par beaucoup comme étant un impôt local injuste, la taxe d’habitation devrait connaître une réforme progressive dès 2018 allant jusqu’à son dégrèvement total et donc sa disparition à horizon 2020 pour 80% des français.

La taxe d’habitation est décriée par une majorité des Français car son montant varie énormément entre les 36 000 communes françaises. Que l’on vive à Tourcoing, Cagnes-sur-Mer ou Versailles, le taux d’imposition varie du simple au triple. Un Français paie un taux de taxe d’habitation de 11.86% à Versailles contre 28% à Cagnes-sur-Mer et 32.3% à Tourcoing.

Le taux médian de cet impôt local est de 20.9%, et, selon l’INSEE, le montant moyen payé par Français était de 662€ en 2016.

La suppression totale de la taxe d’habitation d’ici 2020, qui s’appliquerait à 80% de la population, représenterait une baisse d’impôts de 10 milliards d’euros par an pour les Français.
En 2018, un premier tiers d’environ 3 milliards d’euros serait exonéré aux ménages français.

RĂ©forme de la taxe d'habitation
Source : INSEE, OFCE

Qui bénéficierait de cette exonération ?

80% des français, soit près de 16,5 millions de foyers fiscaux, bénéficieraient de cette exonération de la taxe d’habitation. Locataires et propriétaires sont concernés par cette baisse d’impôts.

Pour en bénéficier, le revenu imposable du foyer ne doit pas dépasser 20 000 euros par part fiscale et par an.

Par exemple : pour un couple avec 1 enfant, le revenu imposable ne doit pas dépasser 50 000 euros par an (2,5 parts fiscales) ; tandis que pour un couple marié ou pacsé, sans enfant, ce revenu imposable ne doit pas dépasser 40 000 euros.

Les ménages qui déclarent entre 13 640 euros et 20 150 euros par part fiscale, soit environ 7 millions de foyers, seront les grands bénéficiaires de cette réforme de l’impôt local.

En moyenne, les ménages français bénéficieraient d’une baisse d’impôt de 230 euros en 2018.

Retour aux actualités