Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.

L’actualité immobilière selon BienEstimer®

Le coût total d'un achat immobilier

Ff924acdca6d323f969aa49fb13681ba42b7c9ec

L’achat d’un bien immobilier, que ce soit une maison, un appartement ou un terrain engendre des frais supplémentaires, pas forcément prévus. Entre commissions d’agence, frais de notaire et diverses taxes foncières, la note peut s’avérer salée même si pour les logements neufs, ces frais sont plus modérés.

 

Le prix d’achat du bien immobilier

L’acquisition d’un bien immobilier commence par l’achat. Si le prix est connu à l’avance, il faut s’assurer que le prix demandé correspond bien au prix du marché local. Il est intéressant de s’appuyer sur les sites d’estimation gratuite en ligne pour ne pas surpayer sa maison ou son appartement. Il ne faut pas hésiter, non plus, à se renseigner sur le prix au mètre carré moyen près de chez soi.

 

Les commissions d’agence et frais de notaire

Le deuxième coût connu à l’avance concerne les frais d’agence et de notaire.

Les frais d’agence varient de 3 à 10% selon les agences et le prix de vente du bien, plus le bien est cher, moins la commission est élevée. Un bon moyen de réduire ces frais de commissions, hormis de les négocier, est de passer par un réseau immobilier, lequel propose des commissions nettement inférieures aux agences physiques traditionnelles.

Généralement à la charge de l’acheteur, les frais de notaires sont généralement de 7 à 8% pour l’achat d’un bien immobilier ancien et de 3 à 4% pour l’achat d’un bien neuf.

 

Le crédit immobilier et l’assurance emprunteur

Les crédits immobiliers varient selon le montant de l’apport personnel, le montant emprunté, la durée d’emprunt et le taux d’intérêt. Si les taux d’intérêt sont bas en ce moment, aux alentours de 1,5%, il est intéressant de passer par un courtier immobilier pour obtenir le meilleur taux possible.

L’assurance emprunteur varie, elle, selon plusieurs critères : santé, âge, situation familiale et les garanties sélectionnées. Une personne atteinte d’un cancer ou de diabète devra souvent s’acquitter d’une surprime. A noter que l’amendement Bourquin permet aujourd’hui de résilier son assurance emprunteur tous les ans et la loi Lagarde de 2010 permet de choisir une assurance différente à celle de la banque qui propose le prêt immobilier.

 

Les travaux d’aménagement ou de rénovation

Ces coûts sont difficilement quantifiables avant le début des travaux. Si ce sont des travaux d’aménagement ou d’embellissement (peinture, sol…), ils ne devraient pas dépasser quelques milliers d’euros. S’il s’agit de travaux de rénovation importants (cloisons, murs porteurs, toitures…), ceux-ci pourront coûter plusieurs dizaines de milliers d’euros.

A savoir que pour des travaux énergétiques, une multitude d’aides existe permettant de réduire considérablement ces coûts.

 

Les diverses charges : taxe d’habitation, taxe foncière et charges de copropriété

Dernier point qu’il ne faut pas négliger et qui peut faire grimper les coûts annexes concerne la taxe d’habitation, la taxe foncière et les charges de copropriété.

Concernant la taxe d’habitation, pour 80% des ménages Français, celle-ci aura disparu en 2020.

Pour ce qui est de la taxe foncière, elle est basée sur la valeur locative cadastrale du bien. Le montant de la taxe foncière est fixé par les conseils départementaux. Selon les départements, le montant de la taxe foncière est plus ou moins élevé. A paris, le taux appliqué est de 5.13% alors que dans le Gers, le taux est de 33,85%. En outre, plusieurs départements ont décidé une augmentation de ce taux en 2018 :  les Hautes-Alpes (+24,8%), le Lot-et-Garonne (+20,8%), la Lozère (+16%), les Deux-Sèvres (+11%), la Corse-du-Sud (+6,5%), l’Ille-et-Vilaine (+5,3%), le Val-de-Marne (3%), le Tarn (+1,5%), la Dordogne (+1,5%) ou encore les Ardennes (+1%).

Enfin, les charges de copropriété peuvent fortement alourdir le montant de l’acquisition sur le long terme. Les charges de copropriété moyennes sont de 25€ / M2 en province et un coût annuel moyen compris entre 1 050 et 1 800€, et 40€ / M2 sur la région Parisienne pour des charges annuelles d’environ 1 992€.

Les charges de copropriété concernent les frais généraux : ravalement de façade, canalisations, entretien des espaces communs, primes d’assurances… et des charges spécifiques comme le chauffage collectif, l’eau chaude…

Retour aux actualités