Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.

L’actualité immobilière selon BienEstimer®

Estimez votre bien

Louer sa maison pendant les vacances

649e0cc0027bb1b1045d9f4c80632b20ac2d44f2

Lorsque l’on part en vacances aux beaux jours, il peut être intéressant de louer sa maison pendant son absence. Cela permet de gagner de l’argent et de ne pas laisser inhabité son domicile.

 

Comment louer sa maison pendant les vacances ?

Entre les plateformes de location en ligne et les agences spécialisées, il est aujourd’hui très facile de mettre sa maison en location saisonnière. Il est également tout à fait possible de le faire soi-même grâce aux portails de petites annonces.

Si le bien immobilier possède certains atouts, comme une piscine, il sera très facile et très rapide de le louer.

De plus, il n’est pas obligatoire de louer l’intégralité de son logement. Si le bien possède une dépendance ou si une chambre ou plus sont disponibles, ces seuls espaces peuvent être loués.

Passer par une agence spécialisée dans la location saisonnière ou par une plateforme en ligne engendre des frais. Si passer par une agence apporte une certaine sécurité, les frais d’agence sont relativement élevés. Il faudra compter 20 à 30% du montant de location. Passer par une plateforme digitale coutera entre 3 et 5% du prix total de la location.

Il peut donc être intéressant de louer son bien immobilier directement de particulier à particulier mais cela impliquera de bien s’assurer et faire confiance aux locataires. Louer entre particuliers est également réglementé, un contrat type doit être signé entre le loueur et le vacancier avant les dates de location et un état des lieux d’entrée et de sortie doit être rédigé. Une caution peut être demandée, mais elle n’est pas obligatoire et devra être restituée selon les modalités indiquées dans le contrat de location.

 

Bien s’assurer et déclarer ses revenus

Dans la majorité des cas, le propriétaire loueur est couvert par son assurance multirisque habitation. Celle-ci le couvre uniquement en cas de de dégât des eaux ou d’incendie. Tout autre dégât ou vol n’est pas couvert par la multirisque habitation.

L’assurance destinée à la location saisonnière n’est pas obligatoire mais elle peut être utile, que ce soit pour le propriétaire ou le locataire.

Si le propriétaire possède une assurance multirisque habitation dite « pour le compte de qui il appartiendra », cela lui permettra de couvrir tous les occupants de la maison, dont les locataires saisonniers, pour tout ce qui concerne les dégâts des eaux et les incendies. Cette multirisque habitation couvrira également et tiendra pour responsable le locataire des dégâts qu’il aura causés (objets détruits, dégradations dans la maison, ou vols).

Le locataire a également intérêt à souscrire à une assurance complémentaire. La responsabilité civile seule ne couvrira pas tous les sinistres. Il convient de se renseigner auprès de son assureur qui propose des assurances supplémentaires pour quelques dizaines d’euros et offrira une couverture plus grande.

Enfin, les revenus générés par la location saisonnière doivent être déclarés aux impôts. Selon les gains, plusieurs régimes peuvent s’appliquer et peuvent donner lieu à des abattements.

  • Si les revenus de la location sont inférieurs à 70 000€ HT, le loueur peut choisir le régime simplifié micro-BIC qui permet de bénéficier d’un abattement de 50%
  • Si les revenus de la location sont supérieurs à 70 000€ HT, le propriétaire est soumis au régime réel et doit remplir une déclaration professionnelle.

De plus, hormis pour les chambres d’hôte qui bénéficient d’un régime particulier, les loueurs doivent payer des cotisations sociales dès que les revenus locatifs dépassent 23 000€.

Retour aux actualités