Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.

L’actualité immobilière selon BienEstimer®

Estimez votre bien

Les classes moyennes désertent Paris

E24ad187588a7500fa21fc1934f5c765b787cf01

La hausse des prix immobiliers, qui n’en finit plus à Paris, a pour première conséquence d’expulser les classes moyennes de la capitale. Après les ouvriers qui ne peuvent plus se loger sur Paris, c’est au tour des classes moyennes de se voir éjecter du marché immobilier Parisien.

 

+ 5,9% d’augmentation en un an !

En un an, entre le premier trimestre 2017 et le premier trimestre 2018, les prix de l’immobilier ont encore bondi sur Paris. Désormais, le prix du mètre carré se négocie aux alentours de 8 570€ pour l’achat d’un appartement dans le 10ème arrondissement de Paris et 9 470€ pour l’arrondissement limitrophe, le 9ème arrondissement. Soit une augmentation de l’ordre de 5,9% en un an et un prix moyen au mètre carré de 8 670€ sur la capitale. Le coût moyen d’un appartement parisien est de 455 000€ pour 49M2.

Les arrondissements où les prix moyens au mètre carré signés ont le plus fortement augmenté sont le 1er arrondissement avec une hausse de 11,3% (10 910€ / M2), les 6èmes et 7èmes arrondissements avec une hausse respective de +9,2 et +12,5%, le 11ème arrondissement, +9,6% et le 18ème arrondissement qui a le plus augmenté, avec une hausse de 12,6% et un prix moyen au mètre carré de 7 860€.

 

Vers une gentrification de la population Parisienne

Ces hausses de prix, qui engendrent une baisse des ventes (-3%) et la fuite des classes moyennes, accentuent le phénomène de gentrification, ou embourgeoisement de la ville de Paris.

Seulement 5,5% des acquéreurs sont des employés ou des ouvriers, alors qu’ils représentaient 14% des acheteurs en 2009. Et, désormais, ce sont les cadres moyens qui sont touchés.

La part des cadres moyens qui se sont portés acquéreurs d’un logement à Paris en 2017 a chuté de 16,6%. Ils représentent désormais 47,4% des acheteurs.

Les catégories socio-professionnelles qui résistent à cette envolée des prix sont les cadres supérieurs et les professions libérales. A noter, également, que depuis l’annulation de l’encadrement des loyers par le tribunal administratif de Paris en novembre 2017, les investisseurs sont de retour à Paris avec une augmentation significative des investissements locatifs de 12,6% sur le premier trimestre 2018.

Retour aux actualités